Suivi hebdo : Bienvenue au CAL 2023

Collectif Energie propose chaque semaine une analyse du marché de l’énergie, de l’électricité et du gaz. Vous êtes préoccupé par l’évolution des prix de l’énergie de façon hebdomadaire ? Ne cherchez plus, vous êtes au bon endroit !

GAZ NATUREL

Le Cal 2022 a été clôturé le 29 décembre et le CAL+1 est passé au CAL 2023 le lendemain. Ceci explique le passage du CAL+1 de 89,75 €/MWh à 46,03 €/MWh (voir graphique). 

Le CAL 2023 qui s’échangeait à plus de 50 €/MWh courant du mois de décembre a réalisé une chute en fin du mois. Les raisons principales sont l’augmentation des flux de Gaz Naturel Liquéfié, à destination de l’Europe et la baisse de la demande de chauffage.

Le prix CAL 2023 a ouvert l’année avec une hausse de 15,93%, passant d’un prix à 41,50 €/MWh le 31 décembre à un prix de 48,11 €/MWh le 7 janvier 2022.

Le retour des températures froides et la baisse des flux russes en début de cette semaine ont soutenu cette hausse. Par ailleurs, l’approvisionnement norvégien a également baissé le mardi 4 janvier 2022 à la suite d’une panne imprévue sur le champ d’Oseberg.

De plus, les autorités indonésiennes avaient prévu une réunion cette semaine avec les sociétés minières de charbon à propos d’une éventuelle interdiction d’exporter le charbon de l’Indonésie. Cette réunion a été reporté à la semaine prochaine, ce qui a tendu encore plus le marché.

Les prix ont baissé en fin de semaine en raison d’augmentation des flux norvégiens et la stabilité des flux russes mais aussi grâce à l’amélioration des niveaux de stockages.

ÉLECTRICITÉ

Le CAL 2022 électricité, comme celui du gaz, a été clôturé le 29 décembre 2021. Le CAL+1 est passé d’un prix à 249,54 €/MWh à un prix à 124,00 €/MWh (voir graphique).

Cette semaine, le Baseload 2023 a ouvert le lundi 03 janvier 2022 à un prix de 124 €/MWh pour finir à 132,50 €/MWh le vendredi soir, soit une augmentation de 6,85%.

La courbe à long terme est restée très corrélée aux évolutions des courbes de gaz et carbone. En effet, le prix du CO2 a ouvert l’année avec une hausse de 4% et a continué sur tendance haussière en raison de l’absence des enchères et du manque d’approvisionnement primaire. 

Cependant, ces prix ont été estompés le vendredi suite à la baisse des prix du gaz et des actions, mais aussi à l’anticipation du marché et de la reprise des enchères quotas de carbone prévus le lundi 10 janvier 2022.

L’arrêt du réacteur n°2 de 1,5 gigawatt (GW) de la centrale nucléaire de Chooz, dans le nord de la France, a été prolongé après qu’une inspection a révélé le même défaut que celui de la centrale de Civaux, dans l’ouest de la France. 

La prolongation de l’arrêt n’a pas affecté l’estimation provisoire de la production nucléaire pour 2022, actuellement comprise entre 330 et 360 térawattheures (TWh), a indiqué EDF.

LES FAITS MARQUANTS DE LA SEMAINE

Le gouvernement allemand s’oppose au projet de l’Union européenne

Le gouvernement allemand a déclaré lundi 03 janvier qu’il considère l’énergie nucléaire dangereuse et s’oppose aux propositions de l’Union européenne, qui classe cette dernière comme technologie durable propice aux investissements verts.

« Nous considérons que la technologie nucléaire est dangereuse », a déclaré le porte-parole du gouvernement Steffen Hebestreit à des journalistes à Berlin, soulignant que la question de savoir quoi faire avec les déchets radioactifs qui dureront pendant des milliers de générations n’est toujours pas résolue.

L’Allemagne est sur le point d’arrêter ses trois centrales nucléaires restantes à la fin de cette année et d’éliminer progressivement le charbon d’ici 2030. A l’inverse, sa voisine la France vise à moderniser les réacteurs existants et à en construire de nouveaux pour répondre à ses besoins énergétiques futurs. 

Le pays a fermé vendredi la moitié de ses six centrales nucléaires en activité. La décision d’éliminer progressivement l’énergie nucléaire et de passer des combustibles fossiles aux énergies renouvelables a été prise pour la première fois par le gouvernement de centre-gauche de Gerhard Schroeder en 2002. Son successeur Angela Merkel, avait plutôt décidé de prolonger la durée de vie des centrales nucléaires allemandes et a fixé 2022 comme date limite finale pour leur fermeture.

Les voies opposées empruntées par deux des plus grandes économies de l’Union Européenne ont créé une situation embarrassante pour la Commission exécutive. Un projet de plan de l’Union Européenne examiné par The Associated Press conclut que l’énergie nucléaire et le gaz naturel peuvent, sous certaines conditions, être considérés comme durables à des fins d’investissement.

Les écologistes ont critiqué l’accent mis par l’Allemagne sur le gaz naturel, qui est moins polluant que le charbon, mais qui produit quand même du dioxyde de carbone — le principal gaz à effet de serre — lorsqu’il est brûlé.

Hebestreit a déclaré que l’objectif du gouvernement allemand est d’utiliser le gaz naturel uniquement comme une « technologie de pont » et de le remplacer par des alternatives non polluantes telles que l’hydrogène produit avec de l’énergie renouvelable d’ici 2045 : l’échéance que le pays s’est fixée pour devenir neutre sur le plan climatique.

L’Allemagne risque de manquer ses objectifs climatiques à l’horizon 2030. Les émissions de gaz à effet de serre du pays ont augmenté de 4,5% en 2021, a déclaré vendredi le groupe de réflexion allemand Agora Energiewende.

Les émissions ont atteint 772 millions de tonnes métriques de CO2 en 2021, a déclaré Agora, ce qui représente une réduction de 38% par rapport aux niveaux de 1990. Cela signifie que l’objectif de 40 % du pays pour 2020 a encore été manqué.

L’augmentation des émissions est principalement due aux effets d’entraînement de la pandémie de COVID-19 au début de la reprise, notamment une augmentation de la production d’électricité au charbon en raison d’une forte augmentation des prix du gaz, d’une baisse de la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables et d’un temps plus frais.

L’Allemagne a fixé ses objectifs climatiques les plus ambitieux mais pas atteints pour 2021, a déclaré Simon Mueller, directeur pour l’Allemagne chez Agora Energiewende. Cependant, le gouvernement allemand doit de toute urgence combler l’écart de mise en œuvre avec des mesures climatiques efficaces, a-t-il déclaré.

cookies-site-collectifenergie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies🍪. Pas d’inquiétude, ils sont principalement utilisés pour réaliser des statistiques de visite 😊.