Suivi hebdo : Marchés toujours liés à l’offre russe

Collectif Energie propose chaque semaine une analyse du marché de l’énergie, de l’électricité et du gaz. Vous êtes préoccupé par l’évolution des prix de l’énergie de façon hebdomadaire ? Ne cherchez plus, vous êtes au bon endroit !

GAZ NATUREL

Dans notre dernière revue de marché, nous avons mentionné l’annonce du président Poutine qui concerne le transfert des flux de gaz supplémentaire en Europe à partir du 08 novembre 2021.

Une détente des prix était attendue à cette date, cependant Gazprom n’a réservé aucune capacité, le marché a ainsi réagi à la hausse.

De nouveaux flux russes ont été reçus à partir du mardi 09 novembre, ce qui a induit une baisse des prix TTF CAL 22, passant de 50.15€/MWh (Lundi 08/10/2021) à 46.40/MWh (Mercredi 10/11/2021) soit une baisse de 7%.

Néanmoins, les prix du gaz restent très volatiles et liés à la réception des flux. L’annonce d’une panne d’électricité imprévue à l’usine de traitement du gaz Kartso a impacté à la baisse les volumes livrés. Le TTF CAL 22 est reparti à la hausse pour atteindre 48.00€/MWh en fin de semaine, soit une hausse de 3.45%.

ÉLECTRICITÉ

Le CAL 22 a ouvert à 122.52 €/MWh pour finir à 123.81 €/MWh vendredi soir, soit une hausse de 1.05%.

Les prix de l’électricité sont restés relativement stables durant la semaine passée, suivant toujours les mouvements du marché de gaz.

Le prix du CO2 a fortement augmenté, passant de 59.39 €/t à 63.27€/t soit une hausse de 6.53%.

LES FAITS MARQUANTS DE LA SEMAINE

La Biélorussie menace de couper le gaz

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a menacé jeudi 11 novembre 2021 de riposter à toute nouvelle sanction de l’Union Européenne (UE) suite à une impasse sur les migrants à la frontière entre la Biélorussie et l’UE. Il laisse notamment présager d’interrompre le transit de gaz naturel et de marchandises via la Biélorussie. « Nous réchauffons l’Europe, ils nous menacent toujours de fermer la frontière. Et si nous fermions le gaz naturel là-bas ? Par conséquent, je recommanderais aux dirigeants polonais, aux Lituaniens et aux autres sans tête de réfléchir avant de parler« , a-t-il déclaré.

La Russie est un exportateur majeur de gaz naturel vers l’Europe via la Biélorussie et le Kremlin a clairement indiqué qu’il ne voulait pas de rupture d’approvisionnement. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré aux journalistes, lors d’une conférence téléphonique, que Moscou avait rempli ses obligations contractuelles en matière d’approvisionnement en gaz des consommateurs européens et qu’Alexandre Loukachenko n’avait pas consulté Moscou avant d’évoquer la possibilité de couper les flux de gaz naturel vers l’Europe.

Le président Vladimir Poutine a déclaré samedi qu’une telle décision risquerait de nuire aux relations entre Minsk et son allié clé Moscou, ajoutant qu’il parlerait au président biélorusse sur la question.

La forte demande de gaz engendre une hausse des prix GNL en Asie

Les prix du gaz naturel liquéfié (GNL) en Asie ont augmenté cette semaine après trois semaines de baisse alors que la demande augmentait en Chine après une forte baisse de température.

Le maintien des températures inférieures à la normale pourrait épuiser rapidement les stocks et renvoyer les acheteurs sur le marché au comptant, où les prix doivent rester élevés pour maintenir l’arbitrage contre le TTF, a déclaré Emily McClain, analyste principale des marchés du gaz chez Rystad Energy, dans un rapport.

« Alors que le marché semble pousser un soupir de soulagement, la situation plus saine du côté de l’offre est contrebalancée par l’arrivée d’un temps plus froid en Asie du Nord et en Europe et par la congestion croissante des navires sur le canal de Panama, et nous ne sommes certainement pas à court d’eau chaude. « , a-t-elle déclaré.

Les acteurs du marché envisagent lundi prochain des enchères de capacité de transit qui pourraient indiquer un approvisionnement russe en Europe pour les prochains mois. Les faibles flux de gaz en provenance de Russie et les inquiétudes suscitées par une querelle politique avec la Biélorussie ont alimenté les craintes d’approvisionnements serrés cet hiver et ont fait grimper les prix du gaz vendredi.

« L’écart entre JKM et TTF s’élargit à nouveau, en partie à cause de la pression sur TTF basée sur les espoirs et les premiers signaux que la Russie va effectivement intensifier ses exportations vers le nord-ouest de l’Europe et la demande accrue de gaz en Asie maintenant que le temps plus froid a commencé à arriver « , a déclaré Hans van Cleef, économiste principal de l’énergie chez ABN Amro.

*JKM (Japan-Korea-Marker) : Prix de référence du gaz naturel liquéfié (GNL) en Asie du Nord-Est (Japon, Corée du Sud, Chine et Taiwan)

cookies-site-collectifenergie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies🍪. Pas d’inquiétude, ils sont principalement utilisés pour réaliser des statistiques de visite 😊.