Suivi hebdo : enfin une baisse des prix sur le marché de l’énergie

Marché de l'énergie 11 octobre, 2021 par Marina Tourneux

Collectif Energie propose chaque semaine une analyse du marché de l’énergie, de l’électricité et du gaz. Vous êtes préoccupé par l’évolution des prix de l’énergie de façon hebdomadaire ? Ne cherchez plus, vous êtes au bon endroit !

GAZ

Le prix du TTF 2022 est passé de 57,30 €/MWh à 49,54 €/MWh, soit une baisse de 12.49%.

Les préoccupations concernant l’offre en gaz ainsi que la forte concurrence entre l’Europe et l’Asie pour obtenir des cargaisons de GNL ont maintenu la hausse des prix. En effet, les prix de gaz on atteint de nouveaux records la semaine dernière, dépassant la barre des 65€/MWh.

Cette montée de prix a été suivie par une forte chute lorsque la Russie a annoncé qu’elle augmentera ses flux vers l’Europe dans un proche avenir. Les marchés ont réagi directement à l’annonce du président russe.

ELECTRICITE

Les prix de l’électricité se sont affaiblis durant la semaine dernière. Le CAL Baseload 2022 a ouvert à 139,66 €/MWh pour finir à 127,90 €/MWh vendredi soir, soit une baisse de 8,42 %.

Les prix ont fortement augmenté au début de la semaine dernière, atteignant de nouveaux records et dépassant la barre des 180 €/MWh. Cependant, une correction des prix à la baisse s’est accélérée à la suite de la déclaration du président russe Poutine le mercredi 6 octobre.

Le marché de l’électricité a observé une volatilité historiquement forte ce jour-là. Les prix ont baissé de 40 €/MWh durant une après-midi, à titre de comparaison la variation entre le prix le plus bas et le point le plus haut sur l’année 2020 pour le CAL21 était de 14€/MWh.

LES FAITS MARQUANTS DE LA SEMAINE

La Russie promet d’augmenter l’approvisionnement en gaz de l’Europe

La Russie augmente l’approvisionnement en gaz de l’Europe, y compris via l’Ukraine, en réponse à la crise énergétique et se tient prête à stabiliser le marché dans un contexte de flambée des prix, a déclaré mercredi le président russe Vladimir Poutine.

Mais le directeur général adjoint de la compagnie gazière russe Gazprom aurait déclaré qu’elle continuait à pomper du gaz naturel dans des installations de stockage souterraines en Russie. Gazprom a également déclaré cette semaine qu’il donnerait la priorité à son marché intérieur par rapport aux ventes à l’exportation, car il s’attendait à un hiver froid et neigeux.

Certains parlementaires européens ont affirmé que Gazprom n’avait pas augmenté ses approvisionnements en gaz pour tenter de forcer l’approbation rapide de Nord Stream 2, un gazoduc nouvellement construit qui enverra du gaz russe vers l’Allemagne. Les États-Unis et certains pays européens s’opposent au projet, affirmant qu’il rendra l’Union Européenne encore plus dépendante du carburant russe.

La Russie a nié à plusieurs reprises tout agenda politique, « Il n’y a absolument aucun rôle russe sur ce qui se passe sur le marché du gaz », a déclaré à la presse le porte-parole de Poutine, Dimitri Peskov.

L'Union Européenne a assez de gaz pour l'hiver, une réforme du marché en réflexion

Les pays de l’Union européenne ont suffisamment de gaz en stock pour passer l’hiver, mais la flambée des prix montre la nécessité de passer rapidement aux sources renouvelables et de réformer le marché européen du gaz, a déclaré le commissaire européen à l’Énergie, Kadri Simson.

« Le stockage souterrain de gaz est supérieur à 75 % dans toute l’Europe. Ce niveau est inférieur à la moyenne décennale, mais suffisant pour couvrir les besoins de la saison hivernale », a-t-elle déclaré au Parlement européen.

S’exprimant lors d’un débat sur la flambée des prix du gaz qui a touché les citoyens européens les plus pauvres et qui a un impact sur les décisions d’investissement des entreprises et menace de ralentir la reprise économique, Kadri Simson a déclaré qu’elle présenterait bientôt un plan de refonte du marché du gaz. 

« D’ici la fin de l’année, je proposerai une réforme du marché du gaz et examinerai dans ce contexte les questions de stockage et de sécurité d’approvisionnement », a-t-elle déclaré.

La Commission doit présenter la semaine prochaine une liste de mesures conformes à la législation de l’UE.

« L’Europe doit réagir en mettant en œuvre une action coordonnée rapide au niveau des États membres, en tirant parti de la force de son marché unique et en augmentant sa préparation aux crises futures », a déclaré Simson. 

« Nous devons également rester conscients de l’importance de la géopolitique de l’énergie et développer une approche plus stratégique de la politique énergétique extérieure », a-t-elle déclaré.

cookies-site-collectifenergie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies🍪. Pas d’inquiétude, ils sont principalement utilisés pour réaliser des statistiques de visite 😊.