La Revue Mensuelle Énergie D’Août 2021

Marché de l'énergie 01 septembre, 2021 par Marina Tourneux

Collectif Energie propose chaque mois une analyse du marché de l’énergie, de l’électricité et du gaz.

Vous êtes préoccupé par l’évolution des prix de l’énergie qui impacte votre activité ? Et vous souhaitez comprendre les mouvements de ce marché complexe ? Ne cherchez plus, vous êtes au bon endroit !

Hausse généralisée des prix

La couleur des flèches ci-dessous représente l’influence sur le prix de l’énergie : 

Charbon

Le prix du charbon a augmenté de 18.86% ce mois-ci, ceci est dû en principe à la hausse des prix du gaz qui a encouragé la production au charbon.

CO2

La production au charbon a soutenu fortement la tendance haussière du CO2 qui a augmenté de 13.93% ce mois-ci.

Pétrole

Le prix du pétrole baisse de -4.38%.

Energies Renouvelables

baisse de production éolienne (1297 MW contre 1378 MW en août 2020).

Production nucléaire

38.9 GWh ce mois-ci (augmentation de 24% par rapport au mois d’août 2020).

Température

Un mois plus frais que la normale.

ANALYSE ET CHIFFRES CLÉS DES MARCHÉS EN FRANCE

Électricité

Le CAL Baseload 22 a ouvert à 77.02 €/MWh pour finir à 89.65 €/MWh mardi 31 août, soit une hausse de 6.6 %.

Nouveau record durant la dernière semaine du mois d’août 2021, le prix de l’électricité a franchi la barre des 87€/MWh, dans un contexte global de hausse sur les marchés de l’énergie. En effet, cette hausse est due principalement à l’augmentation des prix de gaz, du charbon et CO2.

Gaz naturel

Le prix du TTF 22 est passé de 27.38 €/MWh à 33.49 €/MWh sur le mois d’août, soit une hausse de 22.33 %.

Mercredi 25 août 2021, le tribunal régional supérieur de Düsseldorf a rejeté la demande d’exemption des règles de concurrence de l’Union Européenne de Nord Stream 2.

Cette décision ne va pas avoir d’impact direct sur l’achèvement de ce projet, mais va plutôt retarder la date de livraison alors que les niveaux de stockages européens sont inférieurs aux normales.

A cela s’ajoute la fermeture des terminaux de la côte du Golfe à la suite de la tempête tropicale Ida, entrainant une baisse de l’offre et donc une hausse des prix.

Les prix élevés du gaz ont entraîné une forte production au charbon, ce qui a amené à une hausse de prix de CO2.

Focus du mois : L’ouragan Ida et les discussions autour du projet Nord Stream 2 soutiennent les prix élevés

Les sociétés énergétiques ont réduit, vendredi 27 août 2021, 59% de la production de pétrole brut du golfe du Mexique aux États-Unis, soit 1,64 million de barils.

Pour cause, la neuvième tempête de la saison des ouragans se dirigeait vers les principaux champs pétrolifères offshore américains, selon le Bureau de la sécurité et de l’application de l’environnement (BSEE).

L’ouragan Ida était au large de la pointe ouest de Cuba vendredi 27 août 2021 et se dirigeait vers le golfe du Mexique. Il devrait devenir un ouragan majeur au cours du week-end et frapper la côte américaine du golfe du Mexique, selon les prévisions du National Hurricane Center.

Les sociétés pétrolières et gazières ont évacué 89 plates-formes et une plate-forme en préparation, arrêtant la production avant l’arrivée de la tempête. Les producteurs d’énergie ont également réduit 49% de leur production, selon la BSEE.

Le golfe du Mexique aux États-Unis représente environ 17 % de la production de pétrole du pays et 5 % de sa production de gaz sec, selon l’Energy Information Administration des États-Unis.

Règles de concurrence de l’UE : Nord Stream 2 n’y sera pas exempté

Le gazoduc Nord Stream 2 n’est pas exempté des règles de l’Union européenne (UE) qui exigent que les propriétaires des gazoducs soient différents des fournisseurs du gaz qui y circule afin de garantir une concurrence loyale, a jugé un tribunal allemand mercredi 25 août 2021.

Les règles de l’UE exigent que les entreprises qui produisent, transportent et distribuent le gaz au sein de l’Union soient séparées, ou « dégroupées ». Elles visent à garantir une concurrence équitable sur le marché et à empêcher les entreprises d’entraver éventuellement l’accès de leurs concurrents aux infrastructures.

L’opérateur de Nord Stream 2 affirme que ces règles, modifiées en 2019, visaient à torpiller le gazoduc. Le projet est fortement contesté par de nombreux gouvernements européens, dont certains y voient une entreprise d’État russe destinée à accroître la dépendance de l’UE au gaz russe.

Ces règles coûteront à Nord Stream 2, qui relie directement l’Allemagne à la Russie sous la mer Baltique, du temps et de l’argent supplémentaires, mais n’empêcheront pas son achèvement.

Le mois dernier, le président Joe Biden et la chancelière allemande Angela Merkel ont conclu un accord qui a permis d’éviter la menace de sanctions américaines visant le gazoduc et ses opérateurs.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré la semaine dernière qu’il ne restait plus que 15 km à terminer. Mme Merkel l’a exhorté à prolonger un accord de transit de gaz avec l’Ukraine qui expire en 2024.

Par ailleurs, le précurseur du projet, Nord Stream 1, de taille identique, a lui été exempté des règles de dégroupage depuis son ouverture en 2011, car il a été traité comme un interconnecteur et non comme un fournisseur.

cookies-site-collectifenergie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies🍪. Pas d’inquiétude, ils sont principalement utilisés pour réaliser des statistiques de visite 😊.