Suivi marché – Fit-for-55 : des mesures inédites contre le dérèglement climatique

Marché de l'énergie 20 juillet, 2021 par Amélia Brenugat

Collectif Energie propose chaque semaine une analyse du marché de l’énergie, de l’électricité et du gaz. Vous êtes préoccupé par l’évolution des prix de l’énergie de façon hebdomadaire ? Ne cherchez plus, vous êtes au bon endroit !

ÉLECTRICITÉ

La semaine dernière, le CAL Baseload 22 a ouvert à 74,30 €/MWh pour finir à 73,08 €/MWh vendredi soir, soit une légère baisse de 1,64 %.

Le prix de l’électricité a suivi principalement l’évolution à la baisse du prix du gaz. La hausse hebdomadaire du prix des émissions de CO2 a limité la baisse du prix de l’électricité. Les quotas de CO2 s’échangeaient entre 52 et 54€/t.

suivis-marche-prix-electricite-16juillet2021
suivis-marche-graphique-electricite-16juillet2021

GAZ NATUREL

La semaine dernière, le prix du TTF 22 est passé de 26,15 €/MWh lundi 12 juillet 2021 à 25,12 €/MWh vendredi 16 juillet 2021, soit une baisse de 3,95 %.

Le gazoduc Yamal qui relie la Russie et l’Europe est de nouveau opérationnel suite à des travaux d’entretien. Par ailleurs, l’approvisionnement norvégien a également augmenté. De plus, le gazoduc Nord Stream 2 pourrait être achevé en août et donc opérationnel cette année. Toutes ces annonces ont eu un impact baissier sur le prix du gaz.  

suivis-marche-prix-gaznaturel-16juillet2021
suivis-marche-graphique-gaznaturel-16juillet2021

LES FAITS MARQUANTS DE LA SEMAINE

Ajustement à l’objectif 55 (Fit-for-55) : un vaste plan contre le dérèglement climatique présenté ce mercredi 14 juillet 2021 par l’UE

La Commission européenne a présenté mercredi 14 juillet 2021 un plan visant à accélérer la lutte contre le dérèglement climatique.

« Fit for 55 » exige de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’au moins 55% d’ici à 2030, par rapport aux niveaux de 1990, avec l’ambition affichée d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

En effet, si l’union européenne ne produit que 8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, elle entend devenir un exemple pour les autres grandes économies de la planète.

Pour y parvenir, l’exécutif européen a proposé une douzaine d’initiatives. Parmi les plus inédites :

  • Fin de la vente des voitures neuves diesel et à Essence d’ici à 2035
  • Augmentation de la taxation des carburants d’aviation et des combustibles maritimes
  • Diminution progressive de la distribution de quotas gratuits de CO2: – 1,6 %/an aujourd’hui et – 2,5 %/an demain. A savoir qu’entre 2026 et 2036, plus aucun quota de CO2 ne sera offert
  • Extension du marché existant du carbone à de nouveaux secteurs, maritime notamment
  • Diminution du plafond d’émission de CO2
  • Création d’un marché similaire en 2025 pour le transport routier, le chauffage et le refroidissement des bâtiments
  • Mise en place d’un mécanisme d’ajustement de carbone aux frontières : ce dispositif obligera les importateurs à acheter – au prix européen – des tonnes de carbone en fonction des émissions des produits importés. Ce dispositif a pour objectif de ramener les produits importés aux normes européennes et éviter la délocalisation.
  • Renforcement du mécanisme de la réserve de stabilité de marché créé en 2019 pour supprimer le surplus des quotas en circulation sur le marché quand ils atteignent un certain seuil afin d’éviter une chute drastique des prix. (Par exemple si un secteur décarbone très rapidement ses activités et remet tous ses quotas sur le marché ou alors si une crise économique fait baisser brutalement l’activité)

« Pour offrir à tous un avenir écologique et sain, il faudra que tous les secteurs et tous les États membres consentent des efforts considérables« , a déclaré Frans Timmermans, le vice-président de la Commission européenne.

Ces mesures baptisées « Ajustement à l’objectif 55 » devront être approuvées par les Etats membres et par le Parlement européen, une procédure qui pourrait prendre deux ans.

Les énergies renouvelables ne suffiront pas au vu du rebond de la demande mondiale d’électricité

Au lendemain de la présentation du plan contre le dérèglement climatique, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a publié un rapport affirmant que même si les énergies renouvelables augmentent rapidement, au vu du fort rebond de la demande mondiale d’électricité, leur production ne suffira pas. Cela se traduira par une hausse de la consommation de charbon, augmentant ainsi les émissions de CO2.

A la faveur de la reprise économique, la demande d’électricité mondiale va largement rebondir en 2021 et 2022. Dans son rapport sur le marché de l’électricité publié ce jeudi 15 juillet 2021, l’AIE anticipe une croissance de 5 % en 2021 et d’encore de 4 % en 2022. Pour répondre à cette hausse de largement tirée par la Chine et l’Inde en 2021 et 2022, les capacités de production fossiles seront mises à contribution comme jamais auparavant. Les émissions de CO2 du secteur électrique devraient bientôt atteindre un niveau record. Après avoir diminué de 1 % en 2019 et de 3,5 % en 2020, une progression de 3,5 % est attendue en 2021 dans le monde et de 2,5 % en 2022.

« Les énergies renouvelables se développent à un rythme impressionnant dans de nombreuses régions du monde mais ce rythme est toujours insuffisant pour réduire nos émissions de CO2 à zéro d’ici 2050. […] », estime Keisuke Sadamori, le dirigeant des marchés de l’énergie au sein de l’AIE.

L’OPEP+ s’accorde finalement pour augmenter la production à partir d’août 2021

Les pays membres de l’OPEP et leurs alliés, réunis au sein de l’OPEP+, se sont accordés dimanche 18 août 2021 pour augmenter la production de pétrole chaque mois à partir d’août, afin de contribuer à alimenter la reprise économique mondiale au fur et à mesure que la pandémie s’atténue.

Cette organisation a également conclu un accord clef sur de nouveaux quotas de production à partir de mai 2022 afin de surmonter les désaccords entre l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

Augmentation de 0.48 % des tarifs réglementés de vente d’électricité au 1er août

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a proposé lundi 12 juillet 2021 une hausse de 0,48% TTC des tarifs réglementés de vente (TRV) d’électricité en France à compter du 1er août 2021.

cookies-site-collectifenergie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies🍪. Pas d’inquiétude, ils sont principalement utilisés pour réaliser des statistiques de visite 😊.