Marché de l’énergie : le marché souffle après les prises de bénéfice sur le marché des émissions de CO2

Marché de l'énergie 13 juillet, 2021 par Amélia Brenugat

Collectif Energie propose chaque semaine une analyse du marché de l’énergie, de l’électricité et du gaz. Vous êtes préoccupé par l’évolution des prix de l’énergie de façon hebdomadaire ? Ne cherchez plus, vous êtes au bon endroit !

ÉLECTRICITÉ

La semaine dernière, le CAL Baseload 2022 a ouvert à 75,71 €/MWh et a clôturé à 74,30 €/MWh vendredi soir, soit une baisse de 1,86 %.

Cette légère baisse hebdomadaire s’explique par la chute du prix du gaz en milieu de semaine dernière et par la baisse des prix des émissions de CO2 : -5,38%. En effet, un nouveau record a été atteint ce lundi 5 juillet 2021 à 58€/t ce qui a ensuite fait chuter le cours ; en cause les prises de bénéfices.

En effet, lors d’une phase de hausse du cours d’un produit (ici, les émissions de CO2), les investisseurs peuvent décider de vendre une partie des titres détenus et ainsi transformer les plus-values potentielles en plus-values réelles. Ces actions de vente augmentent l’offre sur le marché ce qui engendre un mouvement baissier.
suivis-marche-prix-electricite-5juillet2021

GAZ NATUREL

La semaine dernière, le CAL TTF 2022 a ouvert à 25,77 €/MWh pour finir à 26,15€/MWh vendredi soir, soit une hausse de 1,49%. Cependant, le prix du gaz a baissé en milieu de semaine dernière pour atteindre 24,73 €/MWh mercredi 7 juillet 2021, drivé par la baisse du prix du CO2.

Par ailleurs, l’approvisionnement depuis la Norvège a augmenté mais l’inquiétude reste forte quant à l’approvisionnement en provenance de la Russie, car cette dernière n’a, encore une fois, pas souscrit à la dernière vente aux enchères de capacité ukrainienne.

suivis-marche-prix-gaznaturel-5juillet2021
suivis-marche-graphique-gaznaturel-5juillet2021

LES FAITS MARQUANTS DE LA SEMAINE

Pétrole : les pays membres de l’OPEP+ ne prévoient pas d’augmenter leur production en août

Les pays membres de l’OPEP+ se sont réuni lundi 5 juillet 2021 pour la troisième fois afin de discuter de la ré-augmentation de la production de pétrole.

Les Emirats arabes unis et le reste du groupe n’ont pas trouvé d’accord pour augmenter le rythme de leur production de pétrole. Ils n’ont communiqué aucune date de nouvelle réunion.

En attendant, les cours continuent de monter. Actuellement, le Brent s’échange autour de 75$ le baril.

Nucléaire : révision à la hausse de la production pour 2021 par EDF

EDF a revu à la hausse ses estimations de production nucléaire française pour cette année 2021.

Le groupe énergétique statuait entre 330 MWh et 360 TWh et a décidé de rehausser entre 345 TWh et 365 TWh, « compte tenu du bon déroulement du premier semestre 2021 » selon un de leur communiqué publié lundi soir.

Prudent, l’hypothèse de production pour 2022 reste inchangée avec une fourchette de 330TWh – 360TWh.

Charbon : la centrale à charbon de Cordemais sera finalement exploitée jusqu’en 2024

Le projet de conversion de la centrale est arrêté en raison d’un manque de rentabilité. Elle restera en activité pour assurer l’équilibre du réseau électrique en Bretagne.

Effectivement, le ministère de la transition écologique et EDF ont annoncé, jeudi 8 juillet 2021, la poursuite de l’exploitation de la centrale de Cordemais (Loire-Atlantique) jusqu’en 2024 voire 2026, au lieu de 2022. Et, surtout, l’abandon du projet de reconversion du site à la biomasse, baptisé « Ecocombust ». Mais Jean-Bernard Lévy avance « deux raisons principales » pour justifier l’arrêt d’un projet lancé en 2015 :

  • – son coût, lié au manque d’expérience sur ce combustible
  • – la récente envolée des prix des matières premières, qui rendait le courant trop cher.

Cette centrale, qui sera la dernière, sera utilisée « à la marge », afin de répondre aux besoins de la région Ouest, « durant les pointes de consommation en hiver, pendant quelques dizaines à quelques centaines d’heures par an tout au plus », précise le ministère, qui confirme sa stratégie de sortie du charbon. L’exploitation de la centrale à pleine puissance sera limitée à environ 750 heures par an.

CO2 : La France appelle à un plancher mondial sur la tarification du carbone

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a appelé vendredi 9 juillet 2021 lors d’une réunion avec ses homologues du G20 à un prix minimum mondial des émissions de carbone en l’absence d’un prix mondial unique. « Au lieu d’avoir un prix du carbone unique au monde que nous ne pouvons pas atteindre pour le moment, nous proposons d’avoir un plancher mondial sur la tarification du carbone« , a déclaré Le Maire lors d’une session sur la fiscalité environnementale. « Je pense qu’un plancher mondial pourrait être un très bon point de départ pour que tous les pays membres du G20 s’engagent sur la tarification du carbone« , a-t-il ajouté.

Cette proposition de la France survient alors que le Fonds monétaire international (FMI) a appelé en juin les dirigeants des pays les plus pollueurs à adopter un prix plancher international du carbone, qui offrirait une « perspective réaliste » de combattre le changement climatique.

Selon le FMI, le prix plancher pourrait être différent en fonction du niveau de développement des pays : 75 dollars pour les pays riches, 50 dollars pour les économies émergentes à revenus élevés, et 25 dollars pour les pays à faibles revenus.

cookies-site-collectifenergie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies🍪. Pas d’inquiétude, ils sont principalement utilisés pour réaliser des statistiques de visite 😊.