La revue mensuelle
de Mars 2021

Marché de l'énergie 08 avril, 2021 par Marina Tourneux

Collectif Energie propose chaque mois une analyse du marché de l’énergie, de l’électricité et du gaz.

Vous êtes préoccupé par l’évolution des prix de l’énergie qui impacte votre activité ? Et vous souhaitez comprendre les mouvements de ce marché complexe ? Ne cherchez plus, vous êtes au bon endroit !

Hausse généralisée des prix

La couleur des flèches ci-dessous représente l’influence sur le prix de l’énergie : 

CHARBON

Un prix du charbon stable la première quinzaine de mars puis remontée pour terminer à 72,15 $/t.

CO2

Flambée des certificats en début de mois, atteignant 42,77 €/t le 12/03. Le reste du mois à été calme avec une clôture à 42,45 €/t le 31/03.

PÉTROLE

Légère baisse du BRENT ce mois ci, malgré un pic à plus de 69 $/b en milieu de mois.

ÉNERGIES RENOUVELABLES

Une production constante.

production nucléaire

A nouveau, une production nucléaire faible, alimentant la tension sur le marché de l’électricité.

Température

Des températures clémentes pour ce mois de mars.

ANALYSE ET CHIFFRES CLÉS DES MARCHÉS EN FRANCE

ÉLECTRICITÉ

La hausse se poursuit, principalement entrainée par 2 facteurs : 

  • Le 1er est l’augmentation du prix des certificats d’émission de CO2 qui ont atteint un nouveau record au cours du mois de mars.
  • Le 2ème facteur est la faible production d’électricité dans le pays, principalement due à une indisponibilité nucléaire importante.

Les indicateurs sont plutôt pessimistes concernant ces 2 drivers, on risque donc de subir de nouvelles hausses pour le mois d’avril.

graphique-revuemensuelle-mars2021

GAZ NATUREL

À l’image de l’électricité, du CO2 et du charbon, le gaz a subit une hausse importante en début de mois avec un pic au 12/03, avant de se stabiliser. Le blocage du canal de Suez en fin de mois a contribué au maintien du niveau élevé du gaz avec une clôture à 18,02€/MWh au 31/03.

Le marché du gaz a retrouvé son niveau de d’avant crise sanitaire, en fin 2019. Toutefois, contrairement à l’électricité, il reste encore loin des pics atteints en fin 2018 ou même du niveau des années 2011 à 2015.

Les faits marquants du mois de mars

FRANCE

An aerial view of Savenay city in Loire Atlantique

Première enchère de capacité de l’année 2021

La première enchère de capacité pour 2022 s’est déroulée ce jeudi 11 mars 2021 et il en ressort un prix de 28.3004 €/kW. Pour le moment, 5 enchères ont déjà eu lieu pour un prix moyen de 24,046 €/kW. 5 nouvelles enchères sont prévues, la prochaine étant fixée au 22/04/2021.

Les hivers s’annoncent menaçants pour le réseau électrique

L’approvisionnement des Français en électricité va rester tendu jusqu’en 2024, d’après l’une des conclusions du bilan prévisionnel du Réseau de transport d’électricité (RTE), rendu public mercredi 24 mars. 

Le retard de mise en service de l’EPR de Flamanville, mais aussi l’importance des travaux en cours sur le parc de réacteurs d’EDF dont la durée de vie doit être prolongée sont les principales causes de ces tensions prévues. Enfin, les effets collatéraux de la crise sanitaire ont décalé sur plusieurs années le programme de maintenance des centrales de l’énergéticien.

Environ 35% du parc nucléaire est actuellement à l’arrêt, cela devrait durer jusqu’à fin juin, augmentant ainsi la tension sur le marché d’électricité français.

La CRE dresse un bilan positif de la mise en œuvre du droit à l’injection du biométhane dans les réseaux de gaz naturel

Ce dispositif, mis en place fin 2018, vise à diminuer les délais de raccordement des installations de production tout en maitrisant les coûts pour la collectivité.

Instauré par la loi EGalim du 8 novembre 2018, le droit à l’injection met à la charge des gestionnaires de réseaux, et non plus des producteurs, les travaux de renforcements nécessaires à l’injection de biométhane produit localement, sous réserve du respect d’un principe d’efficacité économique.

Depuis l’été 2020, la CRE a délibéré à 5 reprises, validant ainsi 216 zonages qui couvrent 44% du territoire national. La capacité d’accueil du réseau a ainsi été multipliée par 6 et à terme, plus de 1000 projets produisant en tout 28 TWh de biométhane pourraient se concrétiser sur ces zones, un chiffre au-delà de l’objectif fixé par la PPE.

EUROPE

Famous iconic image of Charles bridge and Prague city skyline in Czech Republic

Fukushima : 10 ans après, fermeture de 6 centrales à Berlin

Berlin va fermer ses six dernières centrales d’ici à 2022. Leur coûteux démantèlement et l’enfouissement de leurs déchets prendront cependant plus de quinze ans. 

A l’approche de l’anniversaire de Fukushima, Berlin a confirmé la décision prise par Angela Merkel quelques jours après la catastrophe en mars 2011 et inscrite dans la loi : « d’ici à la fin 2022, l’Allemagne n’exploitera plus de centrale nucléaire ». « Fukushima a montré que cette technologie ne peut être complètement maîtrisée », a encore déclaré la semaine dernière le secrétaire d’Etat au ministère de l’Environnement, Jochen Flasbarth. 

Dix ans après la catastrophe de Fukushima, qui avait convaincu l’Allemagne d’accélérer sa sortie du nucléaire, les ministères des Finances, de l’Economie et de l’Environnement précisent dans un communiqué commun que les quatre groupes percevront 2,285 milliards d’euros à titre de compensation de l’« électricité non produite », obligés de fermer prématurément leurs centrales d’ici fin 2022.

Ce démantèlement a notamment pour effet de rendre le pays plus dépendant au charbon, l’augmentation du prix des certificats de CO2 a donc un impact encore plus brutal que pour le marché français. Le CAL 22 allemand a ainsi dépassé le prix du CAL 22 français le 30 mars.

MONDE

Magnetic compass  and location marking with a pin on routes on world map. Adventure, discovery, navigation, communication, logistics, geography, transport and travel theme concept background.. Macro photo. Very shallow focus.

Aux États-Unis, Joe Biden veut investir 2 000 milliards de dollars dans les infrastructures

Le président américain, Joe Biden, a proposé mercredi 31 mars d‘investir 1 900 milliards de dollars dans les infrastuctures, avec l’objectif affiché de créer des « millions d’emplois », tenir tête à la Chine et lutter contre le changement climatique.

L’un des axes d’investissement concerne le passage à l’électricité de nombreux moyens de transports publiques, notamment les bus de ramassage scolaire.

Le président mise également sur le développement de moyens de production d’énergie renouvelable avec notamment la mise en place de nombreux parc d’éolien en mer pour une puissance totale de 30 GW à l’horizon 2030.

cookies-site-collectifenergie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies🍪. Pas d’inquiétude, ils sont principalement utilisés pour réaliser des statistiques de visite 😊.