Votre revue mensuelle de novembre

Marché de l'énergie #mensuelle 02 décembre, 2020 par Marina Tourneux

Collectif Energie propose chaque mois une analyse du marché de l’énergie, de l’électricité et du gaz.

Vous êtes préoccupé par l’évolution des prix de l’énergie qui impacte votre activité ? Et vous souhaitez comprendre les mouvements de ce marché complexe ? Ne cherchez plus, vous êtes au bon endroit !

Hausse généralisée des prix

La couleur des flèches ci-dessous représente l’influence sur le prix de l’énergie : 

CHARBON

Hausse du charbon passant de 54,25 €/t au 2 novembre à 61,5 €/t le 30 novembre.

CO2

Hausse des certificats de CO2 passant de 23,67 €/t à 29,13 €/t.

PÉTROLE

Hausse du prix du baril de pétrole passant de 38,97 $/b le 2 novembre à 47,59 $/b le 30 novembre.

ÉNERGIES RENOUVELABLES

Production en baisse.

production nucléaire

Production en hausse.

Température

Plus basse que la normale.

ANALYSE ET CHIFFRES CLÉS DES MARCHÉS EN FRANCE

ÉLECTRICITÉ

Le marché de l’électricité a été fortement orienté à la hausse durant le mois de novembre sur les CAL 21, 22 et 23.

Au début du mois, le prix du CAL 21 était de 41,20 €/MWh le 2 novembre pour finir à 46,59 €/MWh le 30 novembre, en augmentation de 13%.

Les facteurs expliquant ces importantes hausses sont :

  • Baisse des températures due à l’entrée dans l’hiver. Par ailleurs, RTE a rectifié l’annonce de la ministre de la Transition Ecologique en affirmant qu’il y aurait des tensions car le gestionnaire prévoyait un hiver très froid et peu venteux, synonyme de tensions sur le réseau.
  • Diminution de la production nucléaire par rapport à 2019.
  • Augmentation du prix des certificats de CO2 passant de 23,67 €/MWh le 2 novembre à 29,13 €/MWh le 30 novembre.
  • Hausse importante du prix du baril de pétrole de près de +13$/b, soit +27%.
  • Augmentation du prix du charbon de près de +5€/t. 
electricite-evolution-mensuelle-novembre

GAZ NATUREL

Le marché du gaz a été lui aussi à la hausse pendant le mois de novembre, passant de 13,34 €/MWh le 2 novembre à 14,24 €/MWh le 30 novembre : soit une augmentation de +0,90 €/MWh.

Durant la première quinzaine du mois, les prix du CAL 21 et 22 étaient fortement à la hausse : juste en dessous de 14 €/MWh pour le CAL 21 et 14,40€/MWh pour le CAL 22. En effet, en début de mois, le prix du baril de pétrole a augmenté de près de +5 $/b, de même que le charbon qui était à la hausse durant cette période. D’autre part, RTE a annoncé un hiver plus froid et moins venteux que prévu, augmentant les risques de production d’électricité en faisant appel au gaz.

Cependant, les prix sont repartis à la baisse durant la troisième semaine du mois de novembre du fait de l’augmentation de l’approvisionnement norvégien et des cargaisons de GNL. Par ailleurs, les stocks européens sont également pleins à 93 % grâce à un approvisionnement russe stable. 

graphique-gaz-novembre

Les faits marquants du mois de novembre

Pétrole

Le cours du pétrole a très fortement augmenté tout au long du mois de novembre, d’environ 35 à 48$/b (+28%). Les essais de vaccins réussis et les déclarations selon lesquelles les campagnes de vaccination pourraient commencer plus tôt que prévu, font espérer que nous sortirons de ce cycle de destruction de la demande de pétrole du dernier trimestre.

L’OPEP et ses alliées de l’OPEP+ souhaitent continuer à soutenir les restrictions de production de pétrole : le retrait des 7,7 millions de barils par jour a été revu à la baisse. On parle maintenant de 5,8 millions de barils, mais les observateurs de marché tablent sur un report de 3 à 6 mois.

Annonce du vaccin par plusieurs laboratoires :

Pour l’instant, 4 laboratoires ont communiqué leurs premiers résultats de leurs essais cliniques, assurant une efficacité qui va de 70 à 90%. De nombreuses questions restent sans réponse, notamment par rapport aux effets secondaires du vaccin, de la capacité de distribution à l’échelle mondiale etc …

La France aurait déjà signé des contrats avec Pfizer et Moderna. Des contrats avec d’autres laboratoires sont en cours de négociation. Le gouvernement a annoncé que le vaccin commencerait à être administré à partir de la fin du mois de décembre 2020 ou du début du mois de janvier 2021.

 

Crainte pour l’hiver 2021 ?

Barbara Pompili, ministre de la Transition Ecologique, a déclaré qu’il n’y avait pas d’inquiétude à avoir et que la France disposait d’assez d’énergies pour sécuriser le réseau cet hiver. Mais RTE a mis en garde les français, car de très faibles températures, inférieures à la normale, sont attendues en février. De plus, très peu de vent est prévu, ce qui pourrait entraîner une baisse de la production éolienne.

EDF : La grève contre le projet Hercule freine la production nucléaire

Le 26 novembre, le mouvement de grève des salariés d’EDF, suivi par 31,6 % des effectifs, contre le projet de réorganisation du groupe se traduisait jeudi matin par une baisse marquée de la production nucléaire.

Par ailleurs, le lundi 30 novembre, les syndicalistes d’EDF ont demandé au Premier Ministre de les recevoir en urgence pour discuter du projet faute de quoi ils envisagent une nouvelle journée de grève le 10 décembre pour exprimer leur opposition.

Hercule, le projet de réorganisation d’EDF, prévoit notamment une séparation entre les activités nucléaires du groupe qui deviendrait « EDF Bleu » et « EDF Vert » pour celles liées aux énergies renouvelables.

« EDF Bleu » serait entièrement nationalisée. Cet EDF, public, concentrerait ses activités sur la production d’électricité nucléaire, thermique, et hydraulique. Il serait également en charge du transport de l’électricité sur les lignes à haute tension : la mission actuelle de RTE. 

De son côté, « EDF vert » sera en charge du développement des énergies renouvelables, de la distribution sur les réseaux moyennes et basses tensions assurée par ENEDIS et des activités d’Outre-mer et de la Corse. Cette entité ne serait pas entièrement nationalisée. 65% de son capital sera détenu par l’Etat et 35% entreront en Bourse. 

 

L’éolien en mer

Alors que la Chine monte en puissance, la Commission européenne veut maintenir le leadership européen dans l’éolien offshore. Jeudi, la Commission européenne a tracé sa feuille de route pour les prochaines décennies et a fixé l’objectif de passer d’une capacité actuelle de production de 12 gigawatts (GW) à 60 GW en 2030, puis 300 GW à l’horizon 2050.

Nucléaire

La production d’énergie nucléaire a baissé sur un an, à cause de la pandémie mondiale et de la panne de certains réacteurs : on observe une baisse de la production de 47,9 TWh depuis le début de l’année par rapport à l’année 2019. Cette baisse de production nucléaire a entraîné une crainte d’un manque d’énergie pour cet hiver, avec d’éventuelles coupures générales. 

L’autorité de sûreté nucléaire (ASN) prescrit un « noyau dur » (ensemble de dispositions matérielles et organisationnelles capables de résister à des évènements exceptionnels) pour la centrale nucléaire de Fessenheim arrêtée définitivement. Ce noyau dur sera en vigueur jusqu’à l’évacuation complète du combustible nucléaire, au plus tard le 31 décembre 2023. Le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Fessenheim a été arrêté définitivement en février 2020 et le réacteur 2 en juin 2020. Le combustible actuellement entreposé dans la piscine d’entreposage de chaque réacteur sera transféré vers le site de retraitement d’Orano de La Hague.

Guichet ARENH 2021 : écrêtement

Pour l’année 2021, la CRE a reçu un total de demandes de 146,2 TWh d’électricité. Pour rappel, la quantité d’électricité allouée aux fournisseurs au prix de 42 € / MWh est plafonnée à 100 TWh. La demande d’ARENH pour l’année 2021 est très légèrement inférieure à celle de l’année dernière (qui était de 147 TWh). On peut expliquer le phénomène par le ralentissement de la concurrence pendant la crise sanitaire et par les anticipations de baisse de consommations en 2021 liées à cette crise.

La CRE a donc procédé à la répartition du volume d’ARENH : chaque fournisseur recevra une quantité d’ARENH égale à 68,39% de sa demande.

La CRE renouvelle sa recommandation aux autorités françaises d’augmenter le plafond des volumes de l’ARENH, qui n’est plus adapté à la situation actuelle sur le marché de l’électricité.

cookies-site-collectifenergie

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies🍪. Pas d’inquiétude, ils sont principalement utilisés pour réaliser des statistiques de visite 😊.