fermer

Connectez-vous

Email
Mot de passe

Inscrivez-vous gratuitement

Nom
Prénom
Raison Sociale
Email
Mot de passe
J'envoie ma facture d'énergie

Afin de vous faire une proposition d’offre d’achat d’énergie, vous nous autorisez à demander et à recevoir directement en votre nom les informations liées à votre installation énergétique auprès des fournisseurs d’énergie et/ou des gestionnaires de réseaux de distribution. Cliquer ici pour consulter l’intégralité des CGU.

DU 01/05/2020 AU 31/05/2020
Marché de l’énergie :
Votre revue mensuelle de mai

Marché de l'énergie #actualité#Énergie#mensuelle 02 juin, 2020 par Marina Tourneux

Collectif Energie propose chaque mois une analyse du marché de l’énergie, de l’électricité et du gaz.

Vous êtes préoccupé par l’évolution des prix de l’énergie qui impacte votre activité ? Et vous souhaitez comprendre les mouvements de ce marché complexe ? Ne cherchez plus, vous êtes au bon endroit !

Volatilité toujours relativement importante mais en baisse

Les flèches ci-dessous représentent les évolutions de prix sur le mois de mai : 

Que nous disent les facteurs fondamentaux ? : 

Le contexte de marché est toujours celui que nous connaissons, néanmoins la plupart des pays sont en cours de déconfinement, d’où un redémarrage de l’activité et donc une hausse de la demande.

production nucléaire

Impactée par le coronavirus. Le calendrier de maintenance des réacteurs est très bouleversé, créant beaucoup d’incertitudes sur le marché français.

GAZ

Fondamentaux baissiers même si les stocks devraient commencer à se vider avec la reprise d’une certaine activité.

CHARBON

Hausse de la demande impliquant une hausse des prix sur le mois de mai.

CO2

Mouvements de prix liés à l’incertitude de la reprise de l’activité économique. Nous finissons le mois de mai au-dessus des 20 €/t. 

PÉTROLE

Le contrôle de la production de pétrole et le contexte de reprise d’activité, libère les stocks et font remonter la demande.

ÉNERGIES RENOUVELABLES

L’augmentation de la production fait baisser les prix.

Température

Relativement haute pour la saison.

ANALYSE ET CHIFFRES CLÉS DES MARCHÉS EN FRANCE

ÉLECTRICITÉ

Nous avons constaté une remontée significative des prix de marché durant le mois de mai. Nous avons ainsi relevé des écarts de prix de marché d’environ 8,5 €/MWh entre les CAL 21 de la France et de l’Allemagne. En effet, le 4 mai le CAL 21 était à 42,91 €/MWh et semblait évoluer à la baisse par rapport à la semaine précédente. 

Or, nous avons observé les prix repartir de plus belle à la hausse en fin de semaine, en l’occurrence le vendredi 8 mai au soir en fin de séance. En effet, le prix du CAL 21 a clôturé à 45,30 €/MWh, soit une augmentation de 5,5% en une semaine. Sur la fin du mois, les prix ont évolué entre 43 et 46 €/MWh pour le CAL 21, alors qu’ils étaient autour de 37 €/MWh chez nos voisins allemands.

electricité-12juin-2020

GAZ NATUREL

Toujours stable, le prix du PEG 21 était à 11,97 €/MWh le 5 mai. En effet, la tendance du gaz est restée la même grâce à ses fondamentaux baissiers. La demande était toujours très basse, les stocks majoritairement pleins, les températures clémentes et l’approvisionnement en Gaz Naturel Liquéfié (GNL) élevé. 

Même si les prix du pétrole sont remontés (environ 38 $/b) fin mai, avec des pics de volatilité durant le mois, celle-ci a chuté et nous restons sur des prix historiquement bas : 11,76 €MWh le 29 mai.

Les faits marquants du mois de MAI

La levée progressive des mesures de confinement laisse espérer un redémarrage rapide de l’activité économique mondiale.

Vision sur un marché en pleine crise

Même si la production de pétrole a su être contrôlée, que la reprise d’activité due aux mesures de déconfinement a fait remonter les prix de l’or noir, la pandémie de coronavirus a perturbé la maintenance des projets pétroliers et gaziers et des raffineries de l’Extrême-Orient Russe jusqu’à la côte du Canada, entraînant des complications pour une industrie déjà sous le choc.

Les plus grands marchés mondiaux de gaz naturel liquéfié (GNL) – Japon, Chine, Corée du Sud et Inde – ont tous connus une baisse de la demande. Les acheteurs de GNL ont annulé les cargaisons alors que le gaz naturel américain était plus cher. En l’occurrence, les prix du gaz naturel aux États-Unis ont dépassé les niveaux de référence en Europe et en Asie dans la première quinzaine du mois de mai, donnant aux acheteurs de GNL américain une autre raison d’annuler les cargaisons.

Par ailleurs, la consommation chinoise de charbon devrait diminuer au deuxième trimestre par rapport à l’année précédente, mais verra une amélioration au second semestre 2020. « Les efforts de relance de Pékin ont stimulé la demande » a-t-il été affirmé. La China National Coal Association avait déclaré qu’il était peu probable que les activités industrielles et économiques redémarrent complètement au cours du trimestre en raison des mesures de lutte contre le coronavirus, ce qui a pesé sur la demande de charbon, mais a néanmoins fait rebondir les prix en fin de mois.

Enfin, les tensions entre Washington et Pékin sont loin d’avoir disparues, selon certains analystes : « La plus grande menace pour le marché américain cette année serait en fait le déclenchement d’une nouvelle guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine ».

Le marché de l’énergie en EUROPE

Le réseau électrique britannique s’est lui trouvé en risque de panne. En effet, la chute de la demande a fait naitre ce risque de panne qui nous a paru assez atypique dans la mesure où nous n’avons plus l’habitude de concevoir des pannes dues à une trop forte demande. Or, dans le cas de la Grande Bretagne, il s’agissait bien d’une panne causée par un excès d’offre (Cov-19). 

Aussi, les premiers résultats en Europe ont témoigné d’une remontée de l’activité, en Allemagne comme en France, en attendant les chiffres pour l’ensemble de la zone euro. 

D’ailleurs, les politiques climatiques de la Commission concernant le climat sont « la nouvelle stratégie de croissance de l’UE », ont déclaré l’Allemagne et la France, faisant écho aux promesses des dirigeants européens d’utiliser les objectifs climatiques pour guider la reprise.

Avec la baisse de la production nucléaire, EDF a annoncé jeudi 14 mai une baisse de 1% de son chiffre d’affaires au premier trimestre à 20,7 milliards d’euros. La production d’énergie nucléaire du service public français a clairement chuté suite à des arrêts prolongés des réacteurs. Les changements sur le calendrier des réacteurs nucléaires impliquent une forte incertitude sur la production d’énergie en 2021.

Le tribunal de commerce de Paris a ordonné mercredi au service public français EDF d’accepter la suspension des contrats de fourniture avec la grande compagnie d’énergie Total. Celui-ci, avec d’autres fournisseurs d’électricité, avait cherché à invoquer la clause de force majeure dans les contrats en raison de l’épidémie de coronavirus, ce qui avait poussé les prix du marché français de l’électricité bien en dessous de ceux spécifiés dans les accords existants des sociétés. Dans son verdict, le président du tribunal a déclaré que les conditions de force majeure dans les soi-disant contrats ARENH entre les deux sociétés étaient « évidemment remplies ». Le tribunal a déclaré que la procédure de l’AFIEG – un groupe de pression représentant des sociétés énergétiques, notamment Enel , Vattenfall, Alpi , Endesa et GazelEnergie qui ont uni leurs forces avec Total – était recevable.

Perspectives à venir et à surveiller :

  • L’impact du Coronavirus sur l’économie
  • L’analyse des facteurs de reprise de l’activité 

  • Suivi de la demande/offre d’énergie

  • La volatilité revue à la baisse comparée aux semaines précédentes, mais reste toujours relativement importante

COOKIES


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies 🍪. Pas d'inquiétude, ils sont principalement utilisés pour réaliser des statistiques de visites 😊.
Hello. Add your message here.