fermer

Connectez-vous

Email
Mot de passe

Inscrivez-vous gratuitement

Nom
Prénom
Raison Sociale
Email
Mot de passe
J'envoie ma facture d'énergie

Afin de vous faire une proposition d’offre d’achat d’énergie, vous nous autorisez à demander et à recevoir directement en votre nom les informations liées à votre installation énergétique auprès des fournisseurs d’énergie et/ou des gestionnaires de réseaux de distribution. Cliquer ici pour consulter l’intégralité des CGU.

TOUT COMPRENDRE SUR LA CHUTE HISTORIQUE DU PÉTROLE

Actualités énergie #chute#historique#pétrole 12 mars, 2020 par Antoine Garcin

Suite à un désaccord majeur au sein de l’entente OPEP+, les cours du pétrole ont lourdement chuté lundi 9 mars 2020 à l’ouverture des marchés asiatiques, chute qui s’est confirmée au fur et à mesure de la journée et des séances boursières autour du globe. Retour sur un effondrement historique, qui n’avait plus été observé sur les marchés depuis la première guerre du Golfe en 1991.

L’impact du Coronavirus

Avant leur dégringolade sur l’ensemble des places boursières au cours de la journée de lundi, les cours du pétrole étaient déjà sévèrement malmenés par la pandémie et la propagation du Covid-19. En effet, selon l’AIE (Agence Internationale de l’Energie), la demande mondiale de pétrole pourrait se réduire cette année pour la première fois depuis 2009, en raison de l’impact du coronavirus. 

L’OPEP* confirmait cette évaluation le soir du 11 mars en révisant à la baisse ses perspectives de croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2020, conséquence de la propagation de la pandémie dans d’autres pays et régions que la Chine, alors que 60 pays et 120 000 personnes sont contaminés. Le baril de Brent avait ainsi déjà perdu 24,2% de sa valeur, de 66$ à 50$, entre le 1er janvier et le 5 mars, veille de la réunion cruciale de l’OPEP+.

L’OPEP+ en suspens

Cette alliance, regroupant les membres de l’OPEP et d’autres pays producteurs (notamment la Russie), était née suite à la baisse historique de 2016 (Brent à 30$), dans le but d’imposer des quotas de production aux pays membres pour faire remonter les cours, puis les stabiliser entre 60$ et 70$ le baril. La stratégie s’est avérée payante, jusqu’à ce vendredi 6 mars. 

La Russie, deuxième producteur mondial de pétrole brut, n’a pas accepté la nouvelle réduction de 1,5 million de barils par jour proposée par l’Arabie Saoudite, qui visait à contrer la première chute des cours imputée au Covid-19. En effet, un prix oscillant autour des 65$/baril permet aux producteurs américains de schiste (coûteux à produire, nécessitant donc un prix élevé du baril) de gagner des parts de marché, au détriment des membres de l’OPEP+, et donc de la Russie. Le Kremlin a donc fait le choix stratégique de refuser la réduction de la production, dans le but de contrer les producteurs américains, et de punir les Etats-Unis qui souhaitent sanctionner la Russie sur le projet de gazoduc Nord Stream 2.

Le début d’une guerre des prix

En réponse, Ryad s’est lancée dans la foulée dans une guerre de prix en proposant d’importantes réductions à ses clients, en parallèle d’une forte augmentation de sa production, suivie par la Russie. Le marché mondial va donc rapidement être inondé d’or noir, ce qui a eu pour effet immédiat un effondrement de 33% de la valeur du baril de Brent entre l’annonce de la remise en question de l’alliance vendredi soir, et le prix de ce lundi 9 mars au soir, à 33,34$/baril.

Les bourses mondiales ont depuis sévèrement chuté, prises dans la tourmente entre le Covid-19 et ce nouvel élément perturbateur, qui a déclenché des baisses historiques : le CAC40 a ainsi perdu 21,3% entre le lundi 9 mars et ce jeudi 12 mars, et le Dow Jones (indice de référence américain) près de 16%.

Un impact limité sur les marchés électricité et gaz

Outre les tensions et incertitudes géopolitiques et économiques que cela induit, cette chute spectaculaire n’a eu qu’un effet limité sur les marchés de l’électricité et du gaz. En effet, les cours sont déjà à des niveaux de support, avec des prix sous pression depuis la diminution de la demande énergétique mondiale, due à la guerre commerciale de longue haleine entre Washington et Pékin. Cependant, cette nouvelle pression à la baisse permet la continuité des opportunités sur les marchés électricité et gaz, avec un niveau au plus bas depuis 2 ans pour l’électricité, à 42,65€/MWh pour le CAL21, et un point bas historique (équivalent 2016) pour le gaz, à 13,25€/MWh pour le PEG21.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre suivi marché sur l’électricité et le gaz.

*Pour rappel l’OPEP est l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole. Il s’agit d’une organisation intergouvernementale de pays producteurs d’or noir, créée en 1960, et ayant pour but de pouvoir influer sur le cours du pétrole et reprendre les pleins pouvoirs aux compagnies pétrolières.

Vous avez des questions ?

N’hésitez pas à nous contacter, un référent énergie est dédié à votre secteur et saura rapidement répondre à vos interrogations !

Contacter un Référent Énergie

COOKIES


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies 🍪. Pas d'inquiétude, ils sont principalement utilisés pour réaliser des statistiques de visites 😊.
Hello. Add your message here.