fermer

Connectez-vous

Email
Mot de passe

Inscrivez-vous gratuitement

Nom
Prénom
Raison Sociale
Email
Mot de passe
J'envoie ma facture d'énergie

Afin de vous faire une proposition d’offre d’achat d’énergie, vous nous autorisez à demander et à recevoir directement en votre nom les informations liées à votre installation énergétique auprès des fournisseurs d’énergie et/ou des gestionnaires de réseaux de distribution. Cliquer ici pour consulter l’intégralité des CGU.

DU 1/02/2020 AU 29/02/2020
Marché de l’énergie :
votre revue mensuelle

Marché de l'énergie #actualité#Énergie#mensuelle 03 mars, 2020 par Marina Tourneux

Collectif Energie propose chaque mois une analyse du marché de l’énergie, de l’électricité et du gaz.

Vous êtes préoccupé par l’évolution des prix de l’énergie qui impacte votre activité ? Et vous souhaitez comprendre les mouvements de ce marché complexe ? Ne cherchez plus, vous êtes au bon endroit !

LES FONDAMENTAUX du marché de l'énergie

Charbon

 La production est plus faible due au Coronavirus

Pétrole

La demande est plus faible due au ralentissement économique, causé par le Coronavirus

Énergie Renouvelable

La production plus importante que l’année dernière

TÉMPÉRATURES

Les températures sont relativement douces pour la saison

production nucléaire

Malgré les arrêts des réacteurs, la production est relativement basse, équilibrée avec la consommation suivant la même tendance.

les fondamentaux - 28 février 2020

chiffres clés dU MARCHÉ DE L'ÉNERGIE du mois de Février en France :

ÉLECTRICITÉ

Comme nous l’avons déjà évoqué, nous sommes en période de forte volatilité. Après avoir été à 41,75 €/MWh le 03 février 2020, les prix du CAL 21 se sont envolés, atteignant 44,73 €/MWh le 17 février 2020, soit environ +3 €/MWh en 14 jours.

graphique électricité 28 février

GAZ NATUREL

Le gaz a lui aussi suivi l’évolution du prix de l’électricité. Nous avons donc aussi constaté un rebond des prix : de 13,64 €/MWh le 03 février 2020,à 15,46 €/MWh le 17 février 2020 soit +1,75 €/MWh en 14 jours.

graphique gaz 28 février 2020

Contexte & faits marquants du mois de février

EN FRANCE

L’impact de la grève sur la réforme des retraites s’est fait ressentir sur la production d’énergie en France, soit environ 5 GW/semaine de capacité en moins. Malgré cela, la consommation étant historiquement plus basse que l’année dernière, la disponibilité globale d’énergie reste relativement bonne.

Certains analystes expliquent que le projet de réforme de l’ARENH a créé de l’incertitude sur le marché, d’où le rebond technique important après l’annonce du PDG d’EDF. Lorsqu’il a déclaré que cette réforme n’entrerait en vigueur qu’au plus tôt en 2022, nous avons commencé à voir les prix du CAL 21 repartir à la baisse. 

Néanmoins, le projet de réforme de l’ARENH devrait être étudié et déterminé en 2020. Avec le nouveau projet ARENH, environ 360 TWh/an de la production nucléaire d’EDF seraient vendus sur le marché de gros. La fourchette de prix ou autrement appelé « corridor de prix » serait ajustée en fonction de l’évolution des coûts du parc nucléaire de l’électricien publique. Ce nouveau dispositif pourrait remplacer l’ARENH actuel dès 2022. De plus, l’impact du Coronavirus pourrait avoir des effets sur l’évolution des prix en France.

En 2019, la production nucléaire d’EDF est tombée à 379,5 TWh, son plus bas niveau depuis 3 ans, après un plongeon de 15,2% en décembre. EDF avait aussi déclaré en janvier que la production nucléaire de 2020 atteindrait l’objectif de 384-388 TWh, visé en 2019. En janvier 2020, la production nucléaire a été de 4,8 TWh contre 4,4 TWh un an plus tôt et cela malgré la grève.

EN EUROPE

L’Europe a elle aussi commencé à être impactée par le Coronavirus. Ce qui contribue à intensifier l’incertitude et donc la volatilité sur les marchés de l’énergie. L’importation de GNL est toujours historiquement haute. Certains fournisseurs annulent même certaines de leurs commandes de GNL au vue de son omniprésence sur le continent. Malgré le rebond technique observé sur le marché, les prix du gaz et de l’électricité restent compétitifs.

« Le gaz a produit pour la première fois en 2019 plus d’électricité que le charbon dans l’Union Européenne (UE), alors que les émissions mondiales de carbone ont cessé de croître suite aux actions des économies avancées », a déclaré l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE).

À L'INTERNATIONAL

La progression du Coronavirus a ralenti significativement l’économie mondiale pour conduire à une chute des prix du pétrole. Le 28 février, le prix du pétrole BRENT a atteint son plus bas niveau depuis 14 mois.

Les craintes concernant l’impact du Coronavirus s’intensifient : la nouvelle propagation constatée augmenterait la pression à la vente sur l’économie mondiale et donc la baisse des prix.

Par ailleurs, l’Arabie Saoudite est en train de réduire ses livraisons de Pétrole brut à la Chine d’environ 500 000 barils/jour. Cependant, le mouvement baissier s’est stabilisé une fois que l’Organisation des Producteurs Exportateurs de Pétrole (OPEP) a assuré, fin février, qu’elle aiderait à « stabiliser les marchés ». Les prix SPOT du Gaz Naturel Liquéfié (GNL) en Asie sont tombés à un niveau historique au plus bas alors que les importateurs chinois tentent de suspendre leurs accords d’approvisionnement sur un marché déjà saturé, causé par le Coronavirus.

Perspectives à venir :

  • La sortie de l’hiver (fin mars) va faire évoluer les prix
  • L’impact du Coronavirus sur l’économie mondiale
  • L’évolution de la grève en France
  • L’évolution des facteurs fondamentaux (constants depuis quelques temps), qui en l’état, envoie des signaux de baisse. Mais jusqu’où ?
  • OPEP+ à venir en Mars. L’OPEP devrait prendre des mesures drastiques de réduction de production pour renforcer la confiance dans les marchés pétroliers.

COOKIES


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies 🍪. Pas d'inquiétude, ils sont principalement utilisés pour réaliser des statistiques de visites 😊.
Hello. Add your message here.